Retourner au blogue

Les Phases I sont-elles vraiment efficaces?

Efficacité de la phase I en bas âge
N. Vasilakou, EA. Araujo, KB. Kim, Dr. Oliver (États-Unis)

AJO DO 2016;150(6):997-1004
On a démontré que les traitements de Phase I, dans certaines conditions, peuvent permettre réduire les malocclusions jusquà 42.5%. Cette étude utilise comme base de comparaison l’Index d’encombrement (IE) du Board américain qui prend en compte à la fois des mesures dentaires et des données squelettiques des anomalies, réalisées sur les moulages et les téléradiographies de profil. Il comprend l’évaluation de 12 paramètres : surplomb, supraclusion, infraclusion antérieure, infraclusion latérale, encombrement, relations occlusales, endoclusion ou exoclusion latérale, angle ANB, IMPA, SN-GoGn, autres (ankylose, dents surnuméraires, anomalies de forme). La somme des scores affectés à chaque item constitue l’IE qui donne une idée du niveau de complexité du cas. Cette étude rétrospective sur 300 patients sélectionnés aléatoirement parmi les dossiers d’archive a démontré que les traitements précoces ou interceptifs (traitement de phase I) en denture temporaire ou mixte réduisent bien la complexité des malocclusions. En moyenne, l’IE est réduit de 42,5 %, avec les meilleures améliorations obtenues pour les cas de classe III. (Stabilité à long terme de ces changements à étudier ultérieurement.).

Récemment des études (Secchi et Wadenya 2009, DeGeorge 2015) mentionnées lors du Moyers Symposium en 2016 confirment que le fait de commencer un traitement hâtif avec des appareils orthopédiques tels que le RPE et pare-choc labial (lip bumper) permet au clinicien de prendre avantage de la musculature, de l’éruption et la croissance, de coordonner le patron squelettique et de développer des arcades plus larges. La correction squelettique hâtive de la dimension transverse est une technique valable pour gérer la croissance et le développement, la santé parodontale à long terme, la fonction occlusale adéquate et la stabilité.

Mon opinion : ces résultats ne sont pas surprenant pour ceux qui pratiquent déjà des traitements de Phase I dans leurs pratiques mais attention car l’étude qui démontre des résultats de 42.5% est de faible évidence. Cela ne change pas les avantages de la Phase I mais il faut être un peu plus réaliste quant à la teneur des résultats. Pour ce qui est des 2 autres études, elles sont également récentes et bien conduites mais pour ce qui concerne le maxillaire, elles ont été faites en utilisant une expansion palatine rapide fixée (ouverture de la vis d’ une à deux fois par jour). Bien que je sois convaincu que les plaques amovibles de développement transverse, tout autant que les quad helix, soient efficaces dans un groupe inférieur à 8 ans, l’évidence demeure faible jusqu’à ce jour. Cela ne signifie pas que ça ne fonctionne pas mais seulement que nous n’avons pas beaucoup d’étude de qualité le démontrant. Il faut donc demeurer réaliste et bien informer les parents qu’une 2e phase de traitement en fixe sera sans doute nécessaire pour terminer le cas.